Champ
30 septembre 2020

Dans l’intérêt des producteurs, à tout prix

Pour optimiser la mise en marché des céréales, les experts de Sollio Agriculture misent avant tout sur les relations de confiance avec les producteurs et les acheteurs.

À entendre Christiane Boulet parler avec ferveur de son métier, on croirait que son bureau chez Sollio Agriculture est un véritable poste de commande. Pendant qu’elle règle une vente de blé au téléphone avec un acheteur, la sonnerie de son cellulaire retentit et sa boîte courriel se remplit à vue d’œil. À cheval entre les responsabilités d’acheteuse et de vendeuse, l’agente de commercialisation connaît toutefois très bien son rôle : offrir les meilleures conditions de vente aux producteurs.

« On a tendance à croire que les agents de commercialisation veulent juste conclure les meilleures transactions, lance en riant Christiane Boulet. C’est vrai que je calcule beaucoup, mais mon travail, c’est avant tout d’établir de bonnes relations humaines. »

Celle qui est responsable de l’achat et de la vente de céréales chez Sollio Agriculture explique que sa tâche quotidienne principale est de relancer ses fournisseurs et ses clients. « C’est en parlant régulièrement à tout mon monde que j’arrive à déceler les tendances de prix, souligne-t-elle. Je suis beaucoup les marchés dans les médias, mais c’est sur le terrain que j’obtiens les informations les plus pertinentes. »

Une des valeurs primordiales qui guide son travail est la transparence. « Si je suis honnête avec mes partenaires, j’obtiens du feedback honnête de leur part, remarque-t-elle simplement. C’est comme ça que ça marche. »

Le service personnalisé est entre autres ce qui distingue l’approche Sollio Agriculture, selon l’agente. « On s’adapte selon la qualité du produit. On négocie fort avec les acheteurs pour trouver une solution qui est gagnante, au bout du compte, pour les producteurs. »

L’offre intégrée est également un avantage important. « Un producteur peut acheter ses semences et vendre ses récoltes chez nous, affirme Christiane Boulet. C’est très avantageux pour lui, parce que l’agent de commercialisation de la coopérative locale connaît très bien l’agriculteur et sa production. » Elle ajoute que l’offre intégrée, c’est une paix d’esprit et une économie de temps significative pour le producteur.

Des yeux tout le tour de la tête

Les choses changent vite quand on parle de commercialisation de céréales. « Une minute je suis acheteuse et celle d’après je suis vendeuse, explique Christiane Boulet. Il faut être efficace et supporter la pression. » L’agente doit s’assurer d’acheter et de vendre à bon prix tout en optimisant les marchés. « Si j’ai du blé à Saint-Hyacinthe, mon fun ne sera pas de l’envoyer à Rimouski, illustre-t-elle. Je vais prendre mon blé de Rivière-du-Loup à la place. »

En plus de veiller à ses tâches quotidiennes, l’agente doit être capable de planifier ses achats à plus long terme. « On a acheté du blé pour les récoltes de 2021 à la fin de l’été parce que le prix était super bon », soutient Mme Boulet.

Elle encourage d’ailleurs les producteurs à semer des céréales. « Le blé est un ingrédient majeur dans la composition de la moulée et les animaux, ça mange sept jours sur sept, 365 jours par année, insiste-t-elle. C’est le cas cette année et ce sera le cas l’année prochaine également. »

La conseillère semences Elite Lyne Beaumont est également d’avis qu’il s’agit d’un excellent moment pour semer des céréales. « Les marchés peuvent être incertains notamment en raison des tensions commerciales, souligne Mme Beaumont, donc ça peut être une bonne idée de se diversifier en semant des céréales. ».

Celle dont le travail consiste à former les experts-conseils d’un point de vue agronomique se tient informée de l’évolution des marchés. « Pour bien conseiller, il faut avoir une vue d’ensemble du marché tant d’un point de vue économique qu’agronomique, avance-t-elle. Il faut avoir la tête partout! »

Lyne Beaumont indique que c’est également payant d’un point de vue agronomique de cultiver des céréales. « C’est bon pour la santé des sols, rappelle-t-elle. Et nos semences sont vraiment performantes! »

En plus d’excellents rendements, les producteurs qui optent pour les semences Elite obtiennent un accompagnement hors pair des experts-conseils du réseau des coopératives. « En tant que conseillers, on est au fait des dernières tendances et des meilleures pratiques sur la planète, note Mme Beaumont. On s’assure de transmettre toutes nos connaissances aux experts-conseils afin qu’ils puissent accompagner les producteurs au quotidien. » Alimenter l’excellence, c’est la motivation qui habite Lyne Beaumont et Christiane Boulet chaque jour. Elles y arrivent un appel, une rencontre sur le terrain et une formation à la fois.

 

La priorité est d’aider les producteurs

Bien que les principaux acheteurs dans l’avoine aient augmenté les prix et les conditions d’achat dans les dernières années, la sécheresse de la saison dernière a eu un gros impact sur les récoltes. « J’ai travaillé très fort pour que mes clients achètent l’avoine même si elle avait un moins bon rendement, mentionne l’agente de commercialisation chez Sollio Agriculture, Christiane Boulet. Je ne voulais pas que les producteurs soient pris avec des récoltes non vendues. » Elle s’attend à ce que la saison prochaine soit beaucoup plus clémente. « Je n’ai jamais vu une sécheresse aussi sévère que cette année, alors c’est certain que ça va aller mieux », conclut-elle.